Apprendre à s’aimer

Dimanche soir, partiels J-4 … comment vous dire ? Je fais ce que je peux pour éviter mon état de déliquescence inhérent à ce genre de période, c’est-à-dire perte de mes cheveux (pas d’inquiétude j’en ai suffisamment pour passer trois doctorats), crises d’angoisse, pleurs … e tutti quanti.

J’essaie donc de me détendre comme je peux, et Alicia Keys ne suffisant pas à m’apaiser, je vais encore bavarder ici. Ce soir on va parler (oui « on » car vous êtes vivement invités à réagir) d’amour propre.

Entre nous, est-ce que c’est pas le truc le plus dur au monde de s’aimer ? Pourtant je déborde d’amour (notamment au niveau des hanches #lol #pastroplol), mais visiblement pas pour moi.

Il y a bien entendu l’aspect physique qui vient en premier à l’esprit, ambiance « je suis vraiment dégueulasse », « je suis carrossée comme une twingo« , « on dirait que je viens d’être exhumée » … Sur ce point-là, la vérité c’est qu’il est toujours possible de faire des efforts (que j’ai fait et que je ne ferai probablement plus pour diverses raisons). Et en plus il y aura toujours un blaireau pour vous trouver belle même quand vous avez la grippe (pardon à toutes les personnes qui m’ont un jour trouvée belle, blaireau est un terme très affectueux en réalité). Donc finalement avoir des petits litiges avec son physique … les gars y’a la salade, le sport, les cosmétiques et la chirurgie esthétique pour ça.

En fait le plus grave, c’est l’aspect intellectuel, psychologique de ce désamour. Penser de vilaines choses de vous-même. Se répéter à longueur de temps que vous n’êtes pas assez intelligente, pas assez drôle, pas assez cultivée, pas assez altruiste … je m’arrête ici mais je pourrais rédiger une encyclopédie en quatorze volumes. Malheureusement il est difficile de changer la personne qu’on est, et il est difficile d’avoir un point de vue objectif sur soi-même. Bien souvent, les gentilles paroles d’autres n’y font rien. Personnellement je pense qu’ils se foutent de ma gueule ou que l’amour les aveugle.

D’où ça vient tout ça ? On dit souvent que l’ego d’une fille est construit par son papa (Coucou Philippe), un truc a du merder. On se construit aussi avec le regard des autres et surtout ceux de ses relations amoureuses (je ne vais pas vous nommer mais ceux qui doivent être pendus haut et court le savent).

Donc en 2017, je vais essayer d’un peu mieux me parler (#Schyzo), et d’avoir un regard un peu plus doux sur moi-même. J’ai déjà bien commencé mais j’ai encore des (immenses ?) progrès à faire. Il en va de mon bonheur. Comment demander à quelqu’un de m’aimer si je ne m’aime pas moi-même ? Notre bonheur ne doit dépendre que de nous-même. Il est indispensable d’être heureux seul avant de vouloir être heureux avec quelqu’un. Il est impensable de demander à votre partenaire de vous aimer pour deux et d’être heureux pour deux. Je ne veux compter sur personne d’autre que moi-même pour être heureuse (#Optimisme).

Et malgré tout ça, je suis assez peu torturée en fait (oui là j’essaie de me racheter une semi-dignité). Le fait d’en parler, de reconnaître que certaines choses pourraient être améliorées, ça fait déjà un bien fou.

Et merde je suis une super meuf.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s